Coautora Virginia María Chiesa.

Nous nous proposons, tout au long de ce texte, d’aborder la problématique de la pénurie d’eau douce afin de dégager un programme d’intérêts communs en relation avec son exploitation, sa distribution et sa conservation, tant pour notre approvisionnement
que pour celui des générations futures.
Actuellement, l’Organisation des Nations Unies estime qu’un quart de la population mondiale manque d’eau potable, et que cette proportion doublera d’ici vingt ans. Dans cette perspective, nous précisons que l’eau douce représente seulement 3 % de l’ensemble des ressources hydriques de notre planète. Selon le Conseil Mondial de l’Eau, vu le rythme actuel des investissements hydriques publics et privés, l’accès à cette dernière ressource ne pourra être garanti que jusqu’en 2050 pour l’Afrique, 2025 pour l’Asie et 2040 pour l’Amérique latine et les Caraïbes…

Publicado en Panorámica Latinoamericana, Bruselas.
https://mega.nz/#!V18nQAqb!qu_S2c95my2dtmSOG7JcOFxS8_gurgbzthF1a1Atn1c
o
https://drive.google.com/open?id=1mn8wXmtLXcT-5MToDvMo85ZTZywWkNIy

Anuncios